L'ETABLISSEMENT  >  Un peu d'histoire

Un peu d'histoire

Il faut remonter au Xème siècle pour, déjà, trouver des signes d’existence du Centre Hospitalier de Nontron, alors rattaché au monastère Saint Sauveur, situé sur l’actuelle Place Agard. Ce fût, le premier hospice de notre ville. Au cours des siècles, cet établissement change continuellement de nom et de place : « Aumônerie, Hôtel Dieu ». Il s’est même trouvé, un moment, à l’emplacement de la Mairie.
Au XVIIème siècle, on exproprie le vieux cimetière Saint Mathurin et sa Chapelle Saint-Roch pour construire l’Hôpital géré alors par des communautés religieuses qui se succèdent au fil des temps, et parfois, de temps en temps, selon les humeurs politiques, par une direction laïque.
A l’arrivée des Sœurs Bleues (1936), l’hospice n’a qu’une quarantaine de lits. En 1963, il y en avait 120. Cette année vit la création de la maternité qui fermera ses portes très rapidement en 1975 pour des raisons de sécurité et aussi de coût. Par la suite, furent construits les services de médecine et convalescence.

Et maintenant, grâce à son sérieux médical et par de nombreux travaux d’humanisation, le Centre Hospitalier de Nontron est un établissement qui correspond aux besoins de la population.

Le Centre Hospitalier de Nontron, situé au Nord de la Dordogne, est à 50 kms de Périgueux et d’Angoulême, et 75 kms de Limoges.
La ville de Nontron comprend environ 3500 habitants et dispose de commerces et d’un marché chaque samedi matin.
Il dessert les cantons de Nontron, Bussière–Badil, Saint-Pardoux-La-Rivière, Mareuil-Sur-Belle, La Coquille et Champagnac-De-Belair.

Le Centre Hospitalier de Nontron travaille en collaboration avec :

  • Les hôpitaux et cliniques de Périgueux, Angoulême et Limoges.
  • Les centres de rééducation fonctionnelle de La Lande et de Lanmary.
  • Et bien d’autres établissements.

De plus, il a une expansion à Saint Pardoux la Rivière (E.H.P.A.D. de 40 lits et une Unité Alzheimer de 15 lits dont 3 en hébergement temporaire et 6 places d’accueil de jour).